« La voix est un son qui sort d’une bouche pour être (éventuellement) reçu dans une oreille. Mais se limiter à cet aspect sonore nous mènerait rapidement à une impasse. La voix est d’abord action corporelle et ceci à trois niveaux. Quand nous parlons à quelqu’un, notre voix est provoquée par un acte du corps, elle met en vibration notre corps et l’air environnant, ces vibrations sont reçues par le corps d’un autre. C’est sous cet aspect corporel qu’il nous faut examiner le phénomène vocal. » Louis-Jacques Rondeleux

QUOI ?

La posture correspond à la situation et position du corps.

Pour utiliser sa voix efficacement, il est indispensable d'avoir un bon équilibre corporel. En position debout, sur les deux pieds :

=> Les jambes sont souples, détendues et bien positionnées permettant ainsi au tronc une plus grande liberté de mouvement. Les genoux ne doivent ni être trop fléchis ni trop tendus en arrière.

posture_genoux_paint

 

 

 


 

 

 



=> Le bassin est légèrement basculé vers l'avant évitant une lordose lombaire et permettant une parfaite liberté de mouvement des parois abdominales.

=> Les abdominaux, le thorax, les côtes sont souples afin de privilégier une bonne respiration.

=> Les épaules et omoplates sont basses sans raideur avec un mouvement quasi nul (sauf en respiration profonde).

 

=> Le cou et la nuque sont souples, sans contraction musculaire excessive. La nuque est étirée et reculée, le menton légèrement rentré. Le cou est dans l’axe de la tête et du corps. Cela évite des torsions du larynx.

=> L’objectif principal est d’obtenir une bonne « VERTICALITE ».


POURQUOI ?


Une colonne vertébrale rectiligne, des épaules droites, un port de tête efficace permettent une bonne inspiration. Ces éléments combinés, à une musculature tonique qui soutient efficacement le mécanisme de phonation, sont les piliers d’une voix efficace.

=> De mauvaises postures corporelles peuvent donc avoir des conséquences nocives sur votre voix. Par exemple :

     => Si le dos est rond dans une attitude relâchée : la cage thoracique va être bloquée, entraînant une diminution du volume respiratoire, une inefficacité des abdominaux à l’expiration et en conséquence => un souffle court et un risque de forçage vocal en fin de phrase par manque d’air.  

=> Si le dos est droit mais trop raide avec un port de tête lui aussi raide, on retrouve souvent une dureté des mouvements, des épaules et un cou crispés (d’où la naissance de douleurs), des abdominaux crispés et par conséquent => un souffle limité + un manque de souplesse et de liberté de mouvement du larynx et des organes de l’articulation.  

=> Un cou tendu vers l’avant avec un menton et un prognathisme (une mâchoire trop en avant) provoque une crispation de la suspension laryngée. Cela bloque le larynx, limite la tessiture de voix et entraîne un forçage vocal. La dynamique corporelle devra alors être revue globalement.

 


COMMENT ?


…Vous assurer que vos épaules, vos bras et votre cou sont bien détendus ?

=> Décrivez des cercles avec votre tête (pensez aux échauffements des cours de gym !) :

            - lentement

            - sans aller trop loin

            - sans lever les épaules

            - sans vous mettre en apnée !

=> Décrivez des cercles avec vos épaules :

           - toujours lentement

           - avec un mouvement vers l’arrière : pensez à l’ouverture de la cage thoracique.

           - sans vous cambrer

           - et toujours sans bloquer votre respiration !


…Expérimenter une bonne posture debout ?

Debout, concentrez-vous sur le contact de vos pieds avec le sol.

=> Balancez-vous légèrement d’avant en arrière afin de percevoir les points d’appui et d’identifier s’il y a des déséquilibres : plus de poids à l’avant ou à l’arrière du pied, plus de poids sur un pied que sur l’autre. Pour cela, visualisez l’empreinte que vous laisseriez dans le sable.

=> Faites de même en vous balançant cette fois-ci au niveau du bassin. Essayez là-aussi de sentir dans tout votre corps, les muscles qui se contractent, ceux qui s’étirent…

=> Passez ensuite au niveau des épaules et de la tête, en les balançant d’avant en arrière puis de gauche à droite.

=> Prendre conscience des différents muscles qui s’étirent et se contractent peut vous aider à adapter votre position en fonction des douleurs que vous ressentez et qui peuvent être liées à une mauvaise posture.


…Expérimenter une bonne posture assise ?

On entend souvent dire qu’il faut se tenir droit sur sa chaise, mais encore faut-il être droit de manière adaptée. Pour vous en rendre compte, asseyez-vous sur une chaise, les pieds bien à plat au sol, les genoux à angle droit.


=> Essayez de sentir les os du fessier (ischion) au moment où ils sont totalement en contact avec la chaise. Pour cela, basculez doucement le bassin d’avant en arrière.

 

=> On peut distinguer trois positions différentes :


=> Si vous êtes trop en avant sur les cuisses : le dos sera droit mais trop cambré

Cambr_























 

 

 

=> Si vous êtes trop en arrière sur les fesses : le dos est courbé et la colonne d’air s’en trouve écrasée.



Arrondi























 


=> En position intermédiaire, sur les ischions : le dos est droit de façon naturelle, ce qui est très important pour lui et les cervicales.



Droit


























 

=> En redressant le bassin, on redresse le dos.