QUOI ?

La respiration a une fonction vitale : assurer les échanges gazeux nécessaires à la vie. Ils se déroulent en deux temps.



respiration_sch_ma

 

Lors de la phonation, l’expiration devient active, les muscles chassent l’air des poumons => Vibrations des cordes vocales => Emission de sons.

 

Le souffle est à la base de toute émission sonore :

=> Il fournit « l’énergie » qui met en vibration les cordes vocales.

=> Il est un corps vibrant qui entre en résonance dans les différents cavités du corps (buccale, laryngée…).

Le diaphragme est le muscle principal de l’inspiration. Il a grossièrement la forme d’une ombrelle dont le bord s’insère sur le sternum, les côtes basses et les vertèbres lombaires.

Lorsqu’il se contracte :

- il descend dans la cavité abdominale en repoussant les viscères

- il provoque l’agrandissement de la surface thoracique

 

 

diaphragme_1


le_diaphragme_2




On distingue deux types de souffle :

=> Le souffle thoracique supérieur (ou respiration haute) : il correspond à un mouvement d’élévation et d’abaissement du thorax => ce type de respiration est adapté en respiration de repos ou lorsque l’on ne cherche pas à faire porter sa voix. Malheureusement, elle favorise les tensions vocales, les attaques dures et à terme, elle pourra entraîner un forçage vocal => C’est une respiration caractéristique des états de stress.

=>   Le souffle costo-diaphragmatique et abdominal : il correspond à un mouvement d’élargissement de la cavité thoracique : « On respire par le ventre » => Le diaphragme appuie sur les viscères (le ventre se « gonfle »), ce qui libère de la place pour que les poumons puissent se remplir au maximum => C’est le souffle le plus efficace pour la phonation en conditions extrêmes (chant ou voix projetée) puisque : 

- il économise l’énergie

- il permet un contrôle du débit et de la pression de l’expiration grâce aux muscles abdominaux et au diaphragme.

=> Les poumons ayant une forme pyramidale, il est plus efficace de presser la partie qui contient le plus d’air (la base) que celle qui en contient le moins.

 


POURQUOI UN TRAVAIL DU SOUFFLE ?


Dans les situations de vie quotidienne (conversation), le mouvement respiratoire est adapté à la parole. Quand l’activité sonore devient plus exigeante (enseignement, théâtre, chant), les difficultés peuvent surgir.

=> Les personnes ayant un trouble de la voix présentent souvent une perturbation de leur geste respiratoire.

 

COMMENT……?

 

… Connaître son comportement respiratoire ?

 

Observez-vous dans une glace en pied dans trois situations différentes : au repos, en parlant doucement puis en parlant fort :

- Si votre poitrine s’élève, que vos épaules montent => Vous avez plutôt un comportement respiratoire thoracique supérieur. Cela augmente le risque à terme de forçage vocal.

- Si vous ne remarquez pas ces signes, que vous observez des mouvements abdominaux => Vous avez a priori une respiration abdominale.

 

 

… Ressentir sa respiration ?

Allongez-vous dans le calme, une main posée sur le ventre, l’autre sur le thorax au-dessus de la poitrine. Respirez normalement et concentrez-vous sur vos ressentis.

Vos deux mains bougent-elles ? Seulement celle du haut ? Celle du bas ? 

Si les deux mains bougent, leurs mouvements sont-ils simultanés ou décalés ? Ces mouvements sont-ils de même amplitude ?

=> Prenez conscience des mouvements de va-et-vient de votre ventre.

=> Trouvez votre propre rythme de respiration sans allonger le temps d’inspiration ou d’expiration.

=> Laissez-vous envahir par l’air en relâchant la paroi abdominale.

=> Prenez conscience que cet air descend en profondeur jusque dans le bas de la cage thoracique tandis que le ventre se gonfle.

=> Percevez que ce rythme régulier et lent de respiration favorise la détente.

Ensuite, asseyez-vous sur une chaise, les pieds joints à plat sur le sol. Laissez tomber le buste vers l’avant sur les cuisses => l’air est alors chassé par compression du contenu abdominal.


Lorsque vous sentez le besoin d’inspirer, redressez-vous => le simple arrêt de compression des viscères provoque une décontraction abdominale et un appel du diaphragme vers le bas => on inspire alors bouche fermée.

Relâchez le buste aussitôt pour recommencer.


 

AUTRE CONSEIL

On peut respirer par le nez (respiration nasale) ou par la bouche (respiration buccale) voire les deux (respiration mixte).


La respiration optimale est la respiration nasale, il faut la favoriser au maximum. On trouve dans les cavités de l’arrière-nez des filtres qui arrêtent une partie des poussières de l’atmosphère (poussières de craies…). De plus, ce passage dans le nez et rhinopharynx réchauffe et humidifie l’air qui arrive sur les cordes vocales en douceur.


Lorsque la respiration est buccale, l’air n’est ni filtré, ni réchauffé, ce qui est plus agressif pour l’appareil respiratoire => les cordes vocales sont des muqueuses et sont très fragiles à ce genre d’agression.

=> Pour vous en rendre compte : essayez ce petit exercice : inspirer bruyamment d’un coup par la bouche sur un « ah » comme si vous étiez surpris => Vous sentez directement l’air froid atterrir sur les cordes vocales. Cet exercice provoque souvent une toux, signe de gêne.

Il est parfois difficile de pouvoir respirer par le nez lorsque l’on souffre d’allergies ou que l’on est enrhumé => Il faut alors penser à se nettoyer régulièrement le nez par des douches nasales par exemple. Voici 2, liens pour vous renseignre sur les douches nasales :

              - http://s1.e-monsite.com/2009/05/10/54165217douche-nasale-pdf.pdf

              - http://atelier-naturel.over-blog.com